ISSN ONLINE: 2558-815X
ISSN PRINT: 1584-9244
ISSN-L: 1584-9244

Hepatic and splenic tuberculosis in a patient with severe immunosuppression and neurological complications

267 views

Tuberculose hépato-splénique chez un patient présentant un déficit immunitaire sévère et des complications neurologiques Introduction: Mycobacterium tuberculosis peut être localisée à tout organe, générateur de lésions tuberculeuses spécifiques. La tuberculose hépatique et splénique peuvent être suspectées chez les patients immunodéprimés ayant une hépatomégalie et une splénomégalie, fièvre et élévation des enzymes hépatiques. Le diagnostic de certitude est établi par des ponctions-bioptiques d’organes avec l’histopathologie et l’analyse microscopique et la culture spécifique à M. tuberculosis des fragments examinés.

Présentation de cas: Malade de 21 ans inclue à la catégorie de l’infection à VIH C3 (CD4 10 cellules mm3) traitée par la thérapie antirétrovirale (ARV) à partir de Novembre 2014, diagnostiquée en Janvier 2015 avec Leucoencéphalopathie Multifocale Progressive, Tétraparèse, Tetraataxie et épilepsie secondaire avec admissions répétées à notre hôpital à Craiova pour syndrome fébrile prolongé, nausées, perte de poids et investigations complexes pour les abcès hépatospléniques identifiés par imagerie.
En mai 2015 la biopsie hépatique a été réalisée sous guidage imagistique à un hôpital à Bucarest, recherche menée afin d’identifier par PCR en temps réel du germe M. tuberculosis de 610.000 copies ml et la présence du gène de résistance à la Rifampicine. La culture a confirmé la présence de M. tuberculosis. L’antibiogramme continué (après 60 jours) a révélé de la sensibilité seulement à l’Etionamide – Tuberculose XDR (ultrarésistante). Le traitement initial contre la tuberculose conformément au régime de la catégorie 1 de l’OMS été individualisé pour les résistances identifiées. La thérapie antirétrovirale a été modifiée en raison de la résistance à la rifampicine. L’evolution favorable a été lente avec la rémission de la fièvre et l’amélioration du syndrome inflammatoire biologique et de la manifestation neurologique par l’association de la thérapie physique et un traitement spécialisé.

Conclusions: C’est un cas de tuberculose XDR extrêmement rare et grave à localisation atypique qui se pose dans le contexte d’une immunodéficience marquée, ce qui représente un défi thérapeutique et implique la collaboration d’une équipe multidisciplinaire nécessitant une hospitalisation prolongée dans les services spécialisés. Mots-clés: tuberculose hépatique, VIH, traitement de la tuberculose

Full text sources
Share.

Leave A Reply